Stages vidéo tout public

 

 

Connexion

Festival OFF 2014

Comme tous les ans, les étudiants vous convient durant le Festival de Ménigoute, à leur festival OFF. Tous les films réalisés l'an passé par les étudiants, présentés par eux-mêmes, dans la salle de projection de l'IFFCAM.

 

 

Quelle agriculture pour demain ? Une émission de France 3 enregistrée à l'IFFCAM

plateau france 3 iffcamDemain, samedi 18 octobre à 11h, sur France 3 poitou-charentes, émission enregistrée à l'IFFCAM sur le thème : quelle agriculture pour demain.

Vous pouvez suivre l'émission en allant sur les chaines suivantes selon vos fournisseurs TV :

 

SATELLITE

  • CANALSAT : 371
  • FRANSAT : 318
  • TNTSAT : 317

ADSL

  • BOUYGUES : 491
  • ORANGE : 321
  • FREE : 322
  • SFR : 322
  • BBOX : 191

TNT

  • Canal 229 – France 3 Poitiers(France 3 Poitou-Charentes)

 

Bonne émission à tous

YMS

Les lapins

iffcam technique de l'imagePremier contact concret  des masters 1 avec la technique de l’image.

Après plusieurs semaines passées à étudier des choses aussi diverses que l‘esthétique  du cinéma, l’approche naturaliste du terrain, ou encore à acquérir les connaissances de bases en son et en vidéo, les étudiants, encadré par Patrick Luneau, ont  découvert les caméras qu’ils utiliseront cette année et des notions pour l’instant barbares, telles que "la balance des blancs, la profondeur de champ, le shutter" et autres joyeusetés…

La semaine s’est terminée avec l’exercice des lapins qui consiste à essayer de filmer un de ses camarades au téléobjectif alors qu’il se déplace rapidement dans la prairie.

Mesurant tout le chemin qui leur reste à parcourir avant d’être des opérateurs de prise de vue aguerris, ils ont été rassurés par Patrick  qui leur promit qu’ils feraient des progrès notables après leur stage d’une semaine en Brenne en novembre.

Semaine 3D à Zoodyssée

Un film en 3D tournée par l'iffcam à zoodyssée Grande première pour les étudiants de masters 2 qui ont tourné leur premier film en 3D et en son multicanal dans le parc de Zoodyssée.

Encadré par Tim Mendler, réalisateur et monteur/truquiste 3D pour la partie Image, et par Boris Jollivet, artiste acousticien et ingénieur du son, ils ont tourné la première partie d’un tryptique qui montre les coulisses du parc de nos jours.

Les 2 autres volets du tryptique seront tournés par les deux prochaines promotions de master 2 de l’IFFCAM et relateront la rencontre des personnages qui ont permis la création du Zoorama (premier nom de Zoodyssée) et la vie du parc jusqu’en 2003.

Le film sera diffusé en avant première au festival d’Angoulême le 14 novembre et chaque visiteur de ZOODYSSEE pourra le visionner avant sa visite du parc dès 2015.

YMS

Festi'yaume: des films à la ferme!

Il est des endroit de rêve où l'on voudrait bien rester le plus longtemps possible... C'est le cas de la ferme du Puyaume, dans le bocage Bressuirais. Une ferme, une grande famille, la nature qui a sa place au milieu des activités agricoles, et beaucoup d'énergie pour rendre le monde rural plus festif, plus culturel, plus animé...
Dans le cadre des balades paysannes du civam haut bocage (http://www.civam.org/), les Amis de l'iffcam, la Ferme du Puyaume, Grenier d'images (www.grenierdimages.com) et l'association Brin de Rêves se sont associés pour proposer un week-end de découverte des activités de la ferme et du monde agricole. Au programme: projections de films, ateliers pain, miel, pizza, repas fermier et soirée musicale sur des airs d'ici et d'ailleurs. Environ 150 personnes, 40 bénévoles et 10 musiciens se sont retrouvés dans ce petit coin de campagne pour échanger, partager, renouveler les savoirs-faire paysans.
Un succès qu'on espère reconduire l'an prochain!

A l'écoute

Avez-vous déjà écouté le vivant ?

La musique du vivant
Réalisé par Thomas Escudié

Une expo en préparation...

INSTANTS DE VIE
Entre village et brousse
Parcours photographique et sonore

En cheminant au fil des baobabs et des arbres à palabres, cette exposition nous emmène à la découverte de N'diaffate, un groupement de villages de brousse au coeur du Sénégal. D'un abord exotique, la carte postale s'efface derrière la complexité d'une société patriarcale et pluriethnique, portée par les femmes.

De la place du village au puits, des champs de mil aux bois d'acacias, le long du fleuve ou dans la brousse, les villages et les cases sont comme de petits îlots sociaux, que l'ont se plaît à découvrir, cachés derrière les palissades tressées de paille et de brindilles...

Un collectif, des regards, une exposition. Douze jeunes réalisateurs, photographes et preneurs de sons sont partis à la rencontre de ce territoire et de ses habitants. La mise en place d'un espace naturel communautaire est le point de départ, l'explosion démographique et la pression sur les ressources en sont les obstacles. L'immersion au coeur d'une nouvelle culture et les émotions qui en découlent constituent là tout l'objet de ce parcours entre légendes et réalités, mais aussi entre images et sons.

Conçue telle une galerie d'art, cette balade humaine et artistique oscille entre sobriété et esthétisme.

Chaque enfilade développe une thématique précise. Le spectateur est également invité à s'immerger dans des atmosphères singulières en pénétrant dans des « isoloirs » opaques, où seule l'émotion est de rigueur.

Les plus jeunes n'ont pas été oubliés : un espace ludique leur est dédié, sous l'arbre à l'origine de la légende de N'diaffate. Les parents seront invités à accompagner leurs enfants dans leurs questionnements sur la pollution, la faim, le confort ou l'apparence physique.
Vernissage le 17 Octobre à l'Iffcam de Ménigoute ; visites commentées par l'équipe pendant le 30e FIFO ; projection de « Picci toubab», le film associé à l'exposition, et clôture le 2 Novembre. L'exposition se déplace ensuite sur tout le département.

 

« Instants de vie »
Production:
Les Amis de l'Iffcam
Conception / scéno :
Thibault Mazars et
Maud Calvet
Soutiens : Iffcam,
Conseil Général 79

 

Des nouveaux films

Nous vous invitons aujourd'hui à découvrir les premiers films des Master 2 fraichement terminés et découvrez toujours plus de films de Master 1 sur la page qui leur est dédiée.

 

Sur la piste de la genette
Réalisé par Hugo Braconnier

Film de M2

 

Les yeux de la nuit
Réalisé par Sylvain Maury

Film de M2

Deux ans après...

Retour sur la tournée en Pologne du film de la sixième promotion, raconté par Ninon Hives :

Cela faisait deux ans que le film était sorti, deux ans qu'on vendait des dvds et qu'il était
diffusé en festival, deux ans qu'on attendait d'avoir le budget pour pouvoir faire cette tournée de projection. Et voilà, c'est arrivé. Du 8 au 18 mai, nous sommes repartis à Białowieża pour ramener Leśna Kraina à ses origines. Au programme : 5 projections dans la région et visite aux personnages du film.

À peine arrivées, à peine le temps de poser nos affaires chez Joanna Kossak, au milieu de la
forêt dans sa maison sans électricité, et c'est l'heure de la première projection. À 10 minutes de Białowieża, à l'Université de Teremiski, Kasia et Paweł Kuron nous attendent avec leurs deux enfants. L'université est tout en bois, le film est diffusé dans une petite salle où les bureaux étudiants ont été poussés sur le côté et les chaises, mises en ligne. Les gens commencent à arriver. Des locaux pour la plupart, Łukasz Ławrysz, notre traducteur, une journaliste venue faire un article sur la tante de Joanna, des étudiants de l'école forestière... En tout, une grosse vingtaine de personnes. Le film est très bien accueilli, les applaudissements durent et Lukasz reprend du service pour le débat. Cette simple première projection aurait suffi à nous combler pour la semaine.

Le lendemain, chez Joanna, une surprise nous attend. Anna Vartija, qui a vu le film à Teremiski, veut organiser une projection devant les étudiants de l'école forestière, dont elle fait partie. Sitôt dit, sitôt fait, la projection est calée pour le mardi suivant. Ce sera la deuxième du séjour et notre plus gros public ! Entre 70 et 100 jeunes sont rassemblés dans la salle de projection. Il y a aussi l'équipe éducative et deux prêtres. La salle réagit bien aux différents passages humoristiques et c'est intéressant de voir que les français et les polonais ne rigolent pas aux mêmes moments. Nous avons un peu plus de mal à communiquer car Łukasz n'est pas là mais Anna présente le film et nous traduit les quelques questions.

Le lendemain, nous prenons la route pour Leśna Podlaska, (à 130 km au sud de Białowieża) pour notre troisième projection devant des élus de la commune. En effet, à Leśna Podlaska se trouve une réserve naturelle où, comme à Białowieża, la protection du bois fait débat. Pendant la projection, les élus réagissent vivement et s'interpellent. Nous ne comprenons pas grand-chose à leurs échanges mais le maire, Marian Tomkowicz, ancien professeur de français nous explique que l'interdiction faite aux habitants de se chauffer avec le bois issu de cette réserve pose problème ici aussi. Un petit air de déjà vu... La quatrième projection a lieu à Michałowo, le vendredi. Initialement prévu pour une classe du collège, le programme est revu car la maîtresse est malade et les enfants en vacances improvisées. Une autre classe, plus petite, les remplace au pied levé mais ils partiront avant la fin de la projection car un autre cours les attend. Nous laissons cependant à Tomasz Wisniewski quelques dvds qu'il nous a promis de faire tourner dans les médiathèques locales. Il veut également diffuser le film le dimanche lors d'une journée de rencontre autour de la culture juive. Le lien des sujets n'est pas vraiment évident mais pourquoi pas ? Malheureusement, nous ne serons pas là pour y assister, notre avion décolle de Varsovie le dimanche après-midi.

Enfin, notre dernière projection arrive. Nous sommes samedi soir, il est 21h lorsque nous arrivons au parc national de Białowieża pour la Nuit européenne des musées. La projection est prévue à 22h et une 30aine de personnes ont bravé la tempête pour venir aux projections organisées. En attendant notre tour, Łukasz nous présente au directeur du parc, Mirosław Stepaniuk. Intéressé par notre film, exemple de la collaboration entre le département des Deux-Sèvres et Białowieża, grâce à l'association Deux-Sèvres/Biała Podlaska, il accepte de nous acheter quelques dvds pour les mettre en vente à la boutique du musée. Et puis, c'est le moment de la projection. Ici aussi, les gens réagissent et rigolent. Au moment du débat, pas trop de questions mais il est déjà tard et les gens pensent à rentrer chez eux. Mais plusieurs prennent la peine de s'arrêter pour nous complimenter avant de sortir de la salle. Ces petites intentions suffisent et nous prenons la route pour Varsovie avec un pincement au cœur. Nous avons revu presque tous les personnages du film, distribué tous les dvds que l'on avait amenés, ouvert le débat, bu de la vodka... Notre voyage fut complet, il ne nous reste maintenant plus qu'à imaginer les débats que Leśna Kraina aura engendrés dans la région...